Accueil      Ladakh (1/4) Ladakh, Inde [2/4] Ladakh (3/4)


10 juin 2002, Leh -> Alchi (Ladakh)

Lever, déjeuner habituel, préparation des sacs. On se partage un plat de veg. cheese momos au Norlakh, accompagnés de deux thenthuk (105 roupies). A 14h15 on part pour la station de bus. Hier on nous a dit que le bus partait pour Alchi à 15h00, mais maintenant l'heure prévue est 16h00. Patience. A 16h00 pile on quitte Leh pour Alchi dans un minibus pourri mais qui roule encore étonnement bien (35 roupies par personne).



name='images/Inde/Ladakh/Ladakh2/20020610_1710_Isa_devant_bus_pour_Alchi_Ladakh.jpg' legend='Isa devant le bus pour Alchi, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Les paysages traversés sont une fois de plus époustouflants, et on s'arrête plusieurs fois dans des villages qui semblent hors du temps. On arrive à Alchi à 19h00, après trois heures de route. On prend une chambre au Lotsava Guest House, avec salle de bain commune à l'étage (150 roupies). On mange au Choksor Restaurant. Un chowmein à peine mangeable nous coûte 70 roupies à deux... On prend encore un chai et un rice pudding à notre guest house, puis on va se coucher.

11 juin 2002, Alchi (Ladakh)

On n'avait pas tord: le chowmein de hier n'était pas bon, nous sommes malades tous les deux. On se lève vers 8h30, notre chambre est réchauffée par le soleil. On prend des pains ladakhis qu'on tartine de notre excellente confiture d'abricots achetée à Leh.

Sur les conseils de Jon et Corinne (deux amis qui sont venus enseigner l'anglais ici au mois d'août 2001), on se rend à l'école d'Alchi pour assister à la prière/chanson du matin qui, paraît-il, en vaut le détour. Les enseignant nous accueillent et nous laissent contempler le spectacle: les enfants de toute l'école (une soixantaine) sont rassemblés devant le bâtiment pricipal, alignés, et chantent plusieurs chansons (ou prières) tous ensemble. Puis, 4 élèves vont à tour de rôle chanter seuls devant tous les autres. Le maître gronde et bouscule un peu les élèves indisciplinés (il doit sûrement être moins doux quand il n'y a pas d'étrangers comme nous qui regardent).



name='images/Inde/Ladakh/Ladakh2/20020611_1028_Enfants_ecole_Alchi_Ladakh_05.jpg' legend='Enfants à l'école d'Alchi, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

C'est très impressionnant. L'école est dirigée par 5 enseignants à la disipline très militaire. L'appel des élèves se fait par numéro, et toute la cérémonie matinale semble réglée comme du papier à musique.



name='images/Inde/Ladakh/Ladakh2/20020611_1034_Ecole_Alchi_Ladakh_01.jpg' legend='Ecole d'Alchi, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On se ballade ensuite dans les petites allées du village. On rencontre 5 personnes qui sont en train de préparer une trame pour tisser un nambu, tissus servant à faire les habits traditionnels ladakhis. On essaie tant bien que mal d'échanger quelques mots, on leur montre une carte d'Europe, etc.



name='images/Inde/Ladakh/Ladakh2/20020611_1046_Villageois_tissant_un_nambu_Alchi_Ladakh_04.jpg' legend='Villageois tissant un nambu, Alchi, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On va voir le monastère d'Alchi. Il a été fondé au XIe siècle par Ringchen Zangpo (aussi appelé "le grand traducteur"). A l'époque de sa construction, l'art de la peinture et de la sculpture n'était pas très développée au Ladakh, aussi Zangpo a-t-il fait appel à des artistes du Kashmir, d'Inde, etc, pour décorer les différents temples. On visite 4 d'entre eux, tous très différents pour cette raison. C'est vraiment un très beau monastère, même si il manque un peu de vie, car aucun moine n'y réside en permanence.



name='images/Inde/Ladakh/Ladakh2/20020611_1611_Vue_depuis_Alchi_Ladakh_01.jpg' legend='Vue de l'Indus depuis Alchi, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Retour à la guest house, repos, lecture et lunch. On repart faire une promenade sur les hauts de Alchi, puis, alors que le soleil se couche, on rentre à l'hôtel. On soupe dans la salle à manger: deux riz-dhal-paneer et un rice puding, accompagnés de 4 chais, 169 roupies. Excellent et vraiment incomparable par rapport à hier. Nos estomacs semblent s'etre remis.

12 juin 2002, Alchi -> Lamayuru (Ladakh)

Réveil à 6h00. On prépare nos sacs et on prend un chai. La proprio de la guest house nous avait dit hier que le bus pour Saspol (là où la route d'Alchi rejoint la highway Leh-Srinagar) quittait Alchi à 7h30. A 7h00, on règle notre chambre et alors qu'on monte sur la route principale, on voit le bus nous filer sous le nez.

On essaie de le rattraper, mais en vain. Un peu rances, on marche 4 kilomètres jusqu'à la jonction de la highway. On y arrive après 50 minutes. A peine arrivés au croisement, un camion surgit. On le stoppe, et il est d'accord de nous emmener à Lamayuru. C'est un gros camion citerne rouge, et on espère que le conducteur restera prudent.

On s'arrête une première fois pour montrer nos passeports, puis une seconde fois pour une pause chai. Les routiers sont vraiment très sympas. On arrive à Lamayuru à 10h30. On se dépêche de descendre nos affaires pour ne pas retarder le camion, et dans la confusion Michel oublie son superbe et mythique chapeau Mooserwirt dans la cabine. [NB: si quelqu'un peut m'en retrouver un, je suis preneur. Michel]

Une charmante dame nous offre de la suivre dans sa guest house où elle offre des chambres à 50 roupies. Douche et toilettes ladakhis (trou avec un tas de sable servant à recouvrir les besoins après s'être soulagé) à l'étage. On sort et on se ballade dans Lamayuru, qui est un village très charmant et vraiment pas grand.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020612_1752_Lamayuru_Gompa_Ladakh_04.jpg' legend='Gompa de Lamayuru, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On cherche un horseman pour nous accompagner durant notre trek pour Chiling. La seule personne disponible est un poneyman qui offre ses services pour 200 roupies par jour par poney. Vu le poids de nos sacs, il faut deux bourricots et le prix n'est pas négotiable: il est le seul dans le village et a donc le monopole. Au début le poneyman veut aussi qu'on lui paie les jours de retour, mais on n'accepte pas. Il aura certainement un pourboire conséquent à la fin du trek.

Retour à l'hôtel, organisation des sacs pour le trek, et repas dans la cuisine. La proprio nous prépare un skiu, plat ladakhi composé de petites pâtes faites maison, d'oignons, d'épinards et de tomates. Vraiment délicieux. On regarde un moment les nouvelles en Urdu sur la télé Pakistanaise PTV-World, puis on va se coucher.

13 juin 2002, Lamayuru -> Wanla (Ladakh)

Réveil tôt. Déjeuner dans la cuisine de la guest house. Omelette et chapatis avec beurre et confiture. On prend quelques chapatis supplémentaires pour le repas de midi

Le poneyman vient vers 9h15. On charge les ânes. Ils sont tout petits, on dirait des ânons. On comprend maintenant que le poneyman insiste sur le fait qu'on en prenne deux. Il faut espérer qu'ils sont résistants. On charge nos deux sacs à dos sur l'un deux, et la nourriture et les affaires du poneyman sur l'autre.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020613_0926_Preparation_des_anes_a_Lamayuru_Ladakh_02.jpg' legend='Préparation des ânes avant le trek, Lamayuru, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On quitte Lamayuru à 9h45. On contourne d'abord la montagne en face de Lamayuru pour ensuite grimper jusqu'au premier col, le Pringkiti La, 3725 mètres. On descend ensuite le long d'une gorge étroite. Le soleil refait son apparition après un temps nuageux et parfois même un peu pluvieux. A nouveau, comme sur la route de Manali à Leh, on retrouve des roches très colorées: jaune, ocre, bleu, vert. Arrivés dans la vallée, on passe le village de Shilla avant d'arriver à Wanla (3200m) à 13h10.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020613_1255_Wanla_Ladakh_01.jpg' legend='Wanla, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On trouve un camping site (50 roupies par tente par nuit), et on décharge les ânes. On mange nos chapatis avec du fromage de yak, puis on monte la tente et on se repose un peu. Ensuite, on grimpe jusqu'au monastère qui est perché au dessus du village. Il date, comme celui de Lamayuru, du Xe siècle. Quand on arrive à la gompa, un moine est en train de faire sa puja (prière), seul. On attend un peu, puis on entre. On voit bien que le monastère est ancien. Les peintures sont en piteux état mais les trois statues du Bouddha viennent d'être repeintes. On discute un moment avec le moine avant de redescendre au camp.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020613_1547_Vue_depuis_la_gompa_de_Wanla_Ladakh_01.jpg' legend='Vue depuis la gompa de Wanla, (Ladakh)' quality='' size='1'

Durant tout l'après-midi, des enfants, et parfois des adultes, tournent autour de notre tente et nous demandent des stylos et des bonbons. On prépare à manger vers 18h00: une soupe minestrone Knorr, du chai et des biscuits. On se fait le remake du film "Blair Whitch Project" dans la tente puis on s'endort, .



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020613_2030_Isa_dans_la_tente_a_Wanla_02.jpg' legend='Isa dans le remake de 'Blair Whitch Project', Wanla, Ladakh, Inde' quality='' size='1'



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020613_2029_Michel_dans_la_tente_a_Wanla_04.jpg' legend='Michel dans le remake de 'Blair Whitch Project', Wanla, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

14 juin 2002, Wanla -> Hinju (Ladakh)

Réveil à 6h00. Préparation du déjeuner, paquetage et pliage de la tente. On charge les ânes et on quitte Wanla à 7h55. Entre Wanla et Phanjila (3450m), on marche sur la route, non goudronnée, qui à été construite l'année passée. Dans la vallée, autour de la rivière, les terres ont été rendues cultivables grâce à des canaux d'irrigation. Tout est donc très vert, ce qui contraste avec les pentes désertiques des montagnes environnantes.

Depuis Phanjila, il y a encore un bout de route en construction puis on s'engage sur des sentiers. On arrive à Hinju à 13h30. On trouve un endroit pour camper à 2 kilomètres au-dessus du village. On monte la tente puis on se prépare des nouilles instantanées Maggi à la tomate. C'est un produit indien, et donc assez épicé. On se fait aussi un chai puis on profite du soleil qui joue à cache-cache. Un berger vient nous rendre visite, sa pelote de laine à la main. On fait quelques photos de lui en échange de biscuits et de grands sourires.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020614_1711_Berger_au_camp_de_Hinju_Ladakh_09.jpg' legend='Berger au camp de Hinju, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Vers 18h30 le temps se gâte et on se met à l'abri dans la tente. On mange du müesli et des biscuits à l'intérieur car dehors il pleut.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020614_1839_Vue_sur_le_Konze_La_depuis_le_camp_de_Hinju_Ladakh_01.jpg' legend='Vue sur le Konze La depuis Hinju (Ladakh)' quality='' size='1'

15 juin 2002, Hinju -> Changlung Do (Ladakh)

Réveil à 5h30. Paquetage, déjeuner et départ à 7h00. On longe la rivière un bon moment en montant puis on grimpe un sentier très raide qui nous mènera au Konze La (4950m).



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020615_0925_Montee_au_Konze_La_Ladakh_04.jpg' legend='Montée au Konze La, Ladakh, Inde' quality='' size='1'



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020615_0955_Isa_et_Michel_lors_de_la_montee_au_Konze_La_Ladakh_02.jpg' legend='Isa et Michel lors de la montée au Konze La (4950m), Ladakh, Inde' quality='' size='1'



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020615_1055_Anes_approchant_le_Konze_La_Ladakh_03.jpg' legend='Stanzin arrivant au Konze La (4950m), Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Arrivés là-haut, on a une vue magnifique sur les deux côtés du col. Du côté où on est venus, on voit la chaîne du Zanskar et celle du Karakoram. De l'autre, on voit le Stok Range et la chaîne du Ladakh (Ladakh Range).



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020615_1109_Vue_sur_le_Zanskar_Range_depuis_le_Konze_La_Ladakh.jpg' legend='Vue sur le Zanskar Range depuis le Konze La (4950m), Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Il y a des montagnes aux couleurs magnifiques, surtout sous le soleil qui à bien daigné revenir. Par contre, sur le col, il y a un vent à décorner un yak. Après 20 minutes de pause, on entame notre descente. Pendant celle-ci, on croise plusieurs troupeaux de chèvres et de yaks.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020615_1228_Yak_lors_de_la_descente_du_Konze_La_Ladakh_01.jpg' legend='Yak dans la descente du Konze La, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Peu avant 13h00 on arrive à Changlung Do. Le temps à changé, on monte la tente sous la pluie et le vent. Dès qu'on a terminé, le soleil refait son apparition. On demande à Stanzin, notre muletier, si il veut partager un plat de riz avec nous. Il accepte volontiers, et nous fournit même un peu d'huile, des tomates, un oignon et des épices.

Peu après notre repas improvisé, le temps se couvre à nouveau et il se met à pleuvoir. On s'abrite sous la tente le temps que ça passe. Le soleil revient, et on sort faire le plein de chaleur. C'est fou ce que le temps change vite ici. On se cuisine une soupe Maggi puis on va se coucher vers 20h00.

16 juin 2002, Changlung Do -> Dung Dung La base camp -Lanak (Ladakh)

On se réveille à 5h30, il pleut. On prend un déjeuner dans la tente (müesli et biscuits) et on prépare nos sacs à l'abri. On plie la tente sous une pluie torrentielle, et on charge les ânes. Le Konze La et la vallée par laquelle on est descendus à Changlung Do sont couverts de neige.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020616_0706_Lever_du_jour_au_camp_de_Changlung_Do_Ladakh.jpg' legend='Lever du jour sous la neige, Changlung Do, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Toujours sous la pluie battante, on longe la rivière jusqu'à Sumdo Chimnu, qu'on atteint à 9h00. Il pleut toujours, et comme notre muletier n'a qu'une veste pourrie, on décide de prendre une chambre chez l'habitant. La pièce contient deux matelas pleins de puces, et une sorte de table. Le temps qu'on enfile des habits secs, le soleil réapparaît et il n'y a plus un seul nuage dans le ciel.

On décide alors de continuer le trek après avoir avalé quelques chapatis accompagnés de thé au beurre salé. A 11h00 on se remet en route. On descend jusqu'au fond de la vallée puis on entame une montée extrêmement raide (500 mètres en 50 minutes). On atteint des pâturages de Lanak (4400m) au pied du Dung Dung Chen La vers 14h00.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020616_1353_Camp_de_Lanak_Ladakh_01.jpg' legend='Camp de base du Dung Dung Chen La (Lanak), Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On s'installe, puis on refait du riz avec Stanzin. Lecture au soleil , sieste. Tout d'un coup le vent se lève sérieusement. C'est la tempête, et à cette altitude ça ne rigole pas. Michel contrôle l'ancrage des tendeurs de la tente, tout à l'air en ordre. On prend un repas sommaire en tente, puis on se couche vers 20h15.

17 juin 2002, Dung Dung Chen La base camp -> Chiling -> Leh (Ladakh)

Le réveil sonne à 5h30. Le ciel est gris mais il ne pleut pas. On se prépare du chai et du müesli dans du lait chaud. On prépare nos affaires, on plie la tente, et à 7h15 on se met en route pour le col du Dung Dung Chen La (4700m). On y arrive vers 8h20. Malheureusement les montagnes sont cachées par d'épais nuages. La vue magnifique sur la Markha Valley sera pour une autre fois car maintenant il neige.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020617_0908_Descente_du_Dung_Dung_La_Ladakh_02.jpg' legend='Vue juste après le Dung Dung Chen La (4700m), Ladakh, Inde' quality='' size='1'

Le peu de vue qu'on a est tout de même magnifique. Les couleurs des roches, même sans soleil, restent éclatantes. On entame la longue descente, d'abord à flanc de montagne, puis dans des gorges encaissées, pour rejoindre le village de Chiling.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020617_1005_Isa_descente_du_Dung_Dung_La_Ladakh_02.jpg' legend='
Roches colorées durant la descente vers Chiling, Ladakh, Inde' quality='' size='1'



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020617_1020_Michel_descente_du_Dung_Dung_La_Ladakh_04.jpg' legend='Roches colorées durant la descente vers Chiling, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On voit à nouveau des roches de toutes les couleurs, ou presque. Dans les gorges, il y a énormément de roses sauvages (canines), dont le fruit est le cynhorrodon. Le muletier ne nous attend pas car il est pressé d'arriver (il repart ce soir même pour Lamayuru). On fait donc le chemin seuls, rencontrant parfois quelques bergers et leurs troupeaux.



name='images/Inde/Ladakh/LamayuruToChiling/20020617_1224_Isa_et_les_anes_a_Chiling_Ladakh.jpg' legend='Isa à Chiling, Ladakh, Inde' quality='' size='1'

On arrive à Chiling à 12h20. Stanzin nous amène au seul restaurant du coin, où deux touristes attendent déjà la jeep de leur agence qui les ramènera à Leh. On offre un chai et des nouille à Stanzin, puis on le paie. En tout, on lui donne 2000 roupies, plus 500 de pourboire. On lui donne aussi une laine polaire qu'on n'utilise plus.

On négocie avec le conducteur de la jeep de l'agence notre transport jusqu'à la route principale, à 30 kilomètres de là. Il veut 100 roupies par personne, car la route est très mauvaise et il a peur d'abîmer son véhicule (et de se faire réprimander par son boss). C'est un kashmiri et on voit tout de suite qu'il aime l'argent. On accepte, car on n'a pas trop le choix. En effet, le bus vient ici une fois par semain, le dimanche, et on est lundi... Ce soir, on dormira dans un bon lit.

On discute avec le guide des deux autres touristes, et de fil en aiguille on réserve un muletier pour notre prochain trek dans la Markha Valley. La jeep nous dépose à Nimmu, à la jonction de la highway pour Leh. tout de suite, un camion s'arrête pour nous prendre et on arrive à Leh une heure après.

On retourne au Dreamland Hotel, et Abass, le pote du manager, nous accueille à bras ouverts. Il nous donne la meilleure chambre de l'hôtel. On prend un snack puis une bonne douche chaude pour se décrasser. Souper au restaurant du Dreamland qui vient d'ouvir. On se fait un gueleton pour environ 500 roupies.

18 juin 2002, Leh (Ladakh)

Par habitude, on se réveille tôt, mais on traîne au chaud jusqu'à 8h30. On va ensuite acheter du pain et des fruits pour faire notre déjeuner dans le jardin de l'hôtel. On passe la matinée à faire des lessives et on retourne au Norlakh prendre des thenthuk et un plat de momos, le tout pour 85 roupies.

On flâne dans la ville, on fait du lèche-vitrine, et on achète deux gobelets en inox qui nous ont bien manqués pour boire le chai durant le trek -- on buvait directement dans la casserole. Souper au Wok Tibetan Kitchen pour 130 roupies. On fait encoe un peu de net et on apprend que notre ami Sam vient nous rejoindre en Thaïlande cet automne. Cool !

19 juin 2002, Leh (Ladakh)

Hier, à l'office du tourisme, on nous a dit que le Hemis Festival débutait aujourd'hui alors on se lève vers 5h30 pour y aller et avoir de bonnes places. On arrive à la station de bus à 7h00 mais on nous dit que le premier bus pour Hemis est a 9h30. On cherche alors une jeep ou un camion pour nous y emmener. Une jeep s'arrête et le conducteur nous apprend que le festival commence seulement demain. Les gens se trompent souvent sur les dates des festivals car celles-ci sont basées sur le calendrier lunaire.

On retourne à l'hôtel et en passant on prend quelques pâtisseries à la German Bakery. On se fait une salade de fruits pour accompagner tout cela. On passe à l'office du tourisme, qui cette fois confirme les dates du 20 et 21 juin pour le Hemis Festival. On rencontre Jamie, un Australien qui part ce soir camper à Hemis. On part prendre un lunch au Norlakh avec lui (80 roupies). Jamie nous donne quelques bon plans pour l'Australie et la Tasmanie.

On passe ensuite l'après-midi à trier les photos numériques du trek et à les passer sur le site web. Les connexions sont affreuses et chères ici, mais on parvient à en uploader une partie. On retourne à l'hôtel puis on mange au restaurant Dreamland: chicken sizzler, alu gobi et riz, boissons, 320 roupies.

Demain on passe la journée au festival de Hemis. Ca va être coloré !